06 59 18 67 62 osteo@homini.pro
⚠️ N’attendez pas que cela EXPLOSE 🤯

⚠️ N’attendez pas que cela EXPLOSE 🤯

Christophe DURAND – Ostéopathe D.O.

46 Boulevard du Maréchal Lyautey – 54600 Villers-Lès-Nancy

06 59 18 67 62

⚠️ N’attendez pas que cela explose. 🤯

Les patients viennent rarement quand ils ont une « petite » gêne, une « petite » douleur qui ne passe pas. Et c’est bien dommage.

Cela peut durer de quelques semaines à quelques mois voire plusieurs années. Le corps ne sait pas résoudre le problème. Il arrive juste à stabiliser, tout du moins en apparence. La plupart du temps, aucune raison ne permet de l’expliquer (évènements personnels, imagerie médicale, prise de sang etc…). Il est préférable d’agir quand la gêne persiste plus de 2 semaines : cela évitera la mise en place de mécanismes de compensations de plus en plus complexes.

Comme l’inconfort est minime, on le néglige jusqu’au jour où l’équilibre précaire se rompt. Le corps n’arrive plus à contenir la pression interne : la « cocotte-minute », qui ne faisait qu’un simple sifflement pour prévenir, explose. La douleur aigüe apparaît au grand jour.

Douleur Aigüe Soudaine Fonctionnelle

Douleur Aigüe Soudaine Fonctionnelle

Christophe DURAND – Ostéopathe D.O.

46 Boulevard du Maréchal Lyautey – 54600 Villers-Lès-Nancy

06 59 18 67 62

La Douleur Aigüe Soudaine Fonctionnelle est très fréquente. Cela représente une part importante des consultations ostéopathiques.

 

La plupart du temps, l’imagerie médicale (radio, scanner, IRM, échographie) ne montre rien. Et pourtant, le patient a mal.

Cette douleur est bien réelle et se surajoute souvent une douleur psychologique : l’imagerie médicale étant normale, on fait comprendre au patient que c’est « dans sa tête ».

Et pourtant, il suffit de placer ses mains sur le patient, de l’examiner pour constater les tensions fonctionnelles. Et oui, la FONCTION n’est pas l’IMAGE.

L’ostéopathie est la profession par excellence permettant cette expertise, cette cartographie fonctionnelle des tensions corporelles.

D’où viennent ces douleurs soudaines ?

Elles résultent de la décompensation brûtale des mécanismes de compensation. Le corps accumule des tensions de différentes origines (stress, émotions, fatigue, pressions de toutes sortes etc…). Un jour, sans prévenir, le corps n’en peut plus et « pose ses valises ». La douleur apparaît au grand jour.

Le TRAUMATISME Physique, Émotionnel et Chirurgical

Le TRAUMATISME Physique, Émotionnel et Chirurgical

Christophe DURAND – Ostéopathe D.O.

46 Boulevard du Maréchal Lyautey – 54600 Villers-Lès-Nancy

06 59 18 67 62

Le premier axe thérapeutique en ostéopathie est le TRAUMATISME :

Physique

(chute, accident de la voie publique…)

Chirurgical

(orthopédique, viscérale, esthétique…)

Émotionnel

(harcèlement moral, décès, maladie…)

Ce traumatisme, ce choc, pourra être le point de départ de douleurs dues à un non-retour à l’état antérieur : déformation(s), contracture(s), cicatrice(s), adhérence(s), fatigue etc…

Les émotions ont un impact sur le corps et réciproquement.

L’ostéopathie ne se résume pas à « faire craquer », à éviter en cas de traumatisme.

Les techniques douces précoces en tenant compte de la phase cicatricielle après une chirurgie seront privilégiées.

Cela permettra :

– d’éviter la mise en place des mécanismes de compensation favorisant le retour à l’état antérieur ;

– et de lutter efficacement contre les adhérences permettant la récupération d’une bonne mobilité.

Névralgie pudendale et autres douleurs du petit bassin

Névralgie pudendale et autres douleurs du petit bassin

Christophe DURAND – Ostéopathe D.O.

46 Boulevard du Maréchal Lyautey – 54600 Villers-Lès-Nancy

06 59 18 67 62

Névralgie du Bassin (Pudendal, Vessie, Prostate, Utérus…) et ostéopathie

Névralgie pudendale et ostéopathie

La névralgie pudendale est une atteinte du nerf pudendal présent dans le petit bassin. Elle touche une personne sur 2000 et plus particulièrement les femmes.

La névralgie pudendale peut aussi se superposer avec d’autres névralgies périnéales comme le montre la figure ci-dessous.

Névralgie ilio-inguinale, névralgie pudendale, névralgie clunéale, névralgie génito-fémorale Territoires douloureux du périnée

Les symptômes

Cela apparaît essentiellement en position assise.

Les manifestations sont notamment des brûlures, des décharges électriques au niveau de la région génitale, anale, de la vessie, voire les 3 zones en même temps. Une sensation d’avoir une balle de Ping Pong ou de tennis peut être présente au niveau de l’anus.

Les patients se sentent mal compris. On leur fait souvent la réflexion que c’est psychologique.

Cette pathologie est très dure à vivre. Elle crée un mal-être profond pouvant engendrer de la dépression.

Les circonstances d’apparition

– constipation ;

– hémorroïdes ;

– pratique sexuelle ;

– position assise prolongée sur quelque chose de dur comme la pratique du cyclisme ;

– chirurgie du petit bassin : prostate, vessie, utérus… ;

– perte de poids importante à la suite d’un by-pass ou d’une sleeve ;

– etc…

Le diagnostic

La personne pourra donc voir de nombreux praticiens avant que le diagnostic soit posé.  Beaucoup de médecins ignorent ou ne pensent pas au nerf pudendal.

Les grands axes du traitement médical

Les antalgiques comme le paracétamol, la morphine et les anti-inflammatoires sont souvent inefficaces.

Seuls les anti-épileptiques, les infiltrations et certains anti-dépresseurs pourront apporter un certain soulagement.

La chirurgie pourra être envisagée en dernier recours.

Pensez également à l’ostéopathie : une aide précieuse, naturelle, efficace

Il semble que peu d’ostéopathes prennent en charge cette pathologie en raison de sa spécificité.

Pourtant, l’ostéopathie peut apporter énormément de confort, de soulagement.

L’intérêt, par des techniques non invasives, va être de détendre tout la région du petit bassin et par conséquent le nerf pudendal, plus globalement la région périnéale concernée.

Le travail de détente doit s’étendre aux autres zones du corps qui pourraient avoir une répercussion sur le périnée (abdomen et membres inférieurs notamment).

En moyenne, il faut 2 à 3 séances d’ostéopathie au départ pour stabiliser la région. Certains patients ressentent le besoin de refaire de temps en temps une séance de rappel.

 

 

Récupération Musculaire et Ostéopathie

Récupération Musculaire et Ostéopathie

Récupération Musculaire et Ostéopathie

Les étirements, le stretching doivent être adaptés à chaque sport et à chaque sportif (âge, forme du moment, conditions extérieures). C’est un domaine très technique où on entend Tout et Son Contraire. Il est important de bien s’entourer et d’écouter les professionnels de la santé et les conseils des sportifs expérimentés.

Alors, comment bien préparer son activité sportive, avant et après l’effort, que l’on soit un amateur ou pas ?

Globalement, il y a 2 phases encadrant l’activité sportive : l’échauffement et la phase de récupération.

L’échauffement

Comme son nom l’indique, il va consister à augmenter la chaleur corporelle aux alentours de 39°C, température optimale pour les muscles, le métabolisme énergétique, les nerfs et les vaisseaux : meilleur rendement avec moins de risque de blessures.

Succinctement, l’échauffement doit comporter :

– un échauffement global cardio-respiratoire afin d’augmenter la température corporelle ;

– puis un échauffement spécifique au sport pratiqué afin d’avoir des muscles performants : étirements dynamiques c’est-à-dire dans le mouvement et non en statique. Les assouplissements seront plutôt réservés aux gymnastes qui ont besoin d’un surcroit de souplesse.

La récupération juste après l’effort

L’hydratation est importante avec une reprise progressive de l’alimentation afin d’apporter au corps l’eau, les minéraux, les protéines et les glucides qu’il aura perdu pendant l’effort.

Le stretching, adapté à chaque sport, concernera les muscles qui auront travaillé en concentrique (en position courte). Les autres muscles seront traités quelques heures à plusieurs jours après l’effort.

Stéphane Diagana, ex-athlète de haut niveau explique bien cela dans 2 vidéos (Les bons étirements après le sport et Les 5 erreurs à ne pas commettre après le sport) à propos de la course à pied, le running.

Récupération Musculaire

Récupération Musculaire et Ostéopathie

Les petites contractures, les nœuds présents au cœur du muscle auront du mal à partir avec le stretching qui risque d’ailleurs d’être inconfortable voire douloureux. Ce sera un signe d’alerte, d’appel. Un tel muscle, hétérogène dans sa constitution et dans sa tension, sera plus fragile. Il sera plus sujet aux micro-lésions voire aux lésions plus importantes.

Il est donc important de sensibiliser les sportifs. L’ostéopathe sera un acteur majeur dans la prévention. Et comme beaucoup de sportifs, essentiellement amateurs, ne font pas de stretching, ils n’auront donc pas cette alerte. L’ostéopathe aura aussi un rôle curatif en allant déloger ces nœuds musculaires.

Cette dernière partie est également valable pour les non-sportifs. C’est ce que je vois en permanence au cabinet.

AUTEUR

Christophe Durand Ostéopathe D.O. à Villers-Lès-Nancy (54600)

Prenez rendez-vous

Ostéopathie = Faire Craquer ou Pas ?

Ostéopathie = Faire Craquer ou Pas ?

Ostéopathie = Faire Craquer ou Pas ?

Ostéopathie = Faire Craquer ou Pas ?

De nos jours encore, une bonne partie de la population pense que l’ostéopathie se résume à Faire Craquer.

Le terme « ostéopathie » est trompeur de part son étymologie grecque : « osteon » = os (ostéo) et « pathos » = souffrance (pathie).

Le fondateur de cette pratique est l’Américain Andrew Taylor Still en 1874. Il la nomme « Osteopathy ».

Ostéopathie, prise en charge globale du corps humain

« Os » se dit « bone » en anglais. Alors pourquoi ce terme ? On ne saura jamais car Still n’a pas laissé de trace formelle de la genèse de ce mot dans ses écrits. Par contre, on sait qu’il a toujours considéré l’être humain dans sa globalité, comme une structure capable de s’adapter à son environnement grâce à ses propres mécanismes de régulation.

L’ostéopathe interviendra quand ces mécanismes seront dépassés avec l’apparition de compensations jusqu’à la décompensation fonctionnelle. A ce stade, la maladie est loin d’être avérée. C’est juste un problème de logistique, de circulation, de mouvement, de fluidité. Le thérapeute devra lever les obstacles, les bouchons afin que le corps puisse à nouveau s’autoréguler.

Et l’articulation bloquée dans tout ça : Faire Craquer ou Pas ?

L’atteinte articulaire n’est qu’un axe de traitement ostéopathique parmi tant d’autres comme les muscles, les viscères, les vaisseaux, les nerfs etc. Par ailleurs, l’atteinte est rarement isolée. Elle est souvent associée aux autres, créant un système tensionnel complexe. En première intention, de nombreuses techniques sont possibles comme Faire Craquer. Pour cela, le corps ne devra pas trop être tendu naturellement ou par appréhension de la technique. Sinon le problème reviendra.

Faire Craquer ou Pas, là n’est pas la question. Non, ce qui compte, c’est de soulager la personne. Il faudra tout de même tenir compte de l’aversion ou pas du patient à cette technique. Pour ma part, je ne fais pas craquer. Lors de la prise de rendez-vous, on me demande souvent si je pratique le Cracking.

AUTEUR

Christophe Durand Ostéopathe D.O. à Villers-Lès-Nancy (54600)

Prenez rendez-vous

Visitez ma page Facebook Pro

Facebook Pagelike Widget

Google Maps

Horaires

Téléphone : 06 59 18 67 62
Sur Rendez-vous :
Du Lundi au Samedi de 08h à 20h